Nos projets

Et maintenant, qu’allons-nous faire ?

Notre dernier film "Demain l'abeille :  la dette humaine" n'a rencontré, pour  l'instant, que des critiques positives. Et si nous sommes un peu déçus qu'aucun journal, à part le site "Agri-Culture", n'ait rendu compte (mais cela viendra peut-être !) du résultat de notre travail, cela ne nous empêche pas d'avoir des projets : ce n'est certes pas cela qui manque, nous en avons plein les tiroirs ! 

Ce qui, d'ailleurs, n'est peut-être pas si positif que cela : car cela signifie, en creux, qu'après avoir traité de  l'arrêt de la transhumance des moutons,  de l'arrachage des haies ou de  la disparition des abeilles et autres insectes dans le pays de Bray , nous pouvons encore illustrer  bien d'autres thématiques sur la difficulté, de nos jours, à faire cohabiter défense de l'envionnement et ruralité . 

Nous avons donc encore, devant nous, bien du "pain sur la planche" - mais cela ne fait qu'augmenter notre enthousiasme. La nouvelle recrue de Beaubec Productions, Wesley Linster, est par exemple fortement intéressé par la productions de pommes, sur un large quart ouest de la France... Et nos toutes premières démarches sur ce thème s'avèrent pleines de promesses. Nous vous tiendrons bien sûr au courant, dans notre transparence habituelle ! 

Et puis du changement et des envies "autres" se font jour aussi chez notre présidente-scénariste Marie. Certes impliquée au premier chef dans les thèmes traités par Beaubec Productions, elle est aussi une passionnée de littérature... Et un nouveau projet, moins "environnemental", beaucoup plus "littéraire", mais toujours "local et rural" est en train de germer. Nous ne pouvons vous en dire beaucoup plus pour le moment : rien n'est encore confirmé. Mais sachez cependant  que si ce projet... proustien... voit le jour, notre Présidente va être bien occupée... Et comblée, d'ailleurs, car l'association lui servira aussi d'outil, et  elle aura ainsi la chance de concilier les différents aspects de sa vie ! 

Tout cela est à suivre, donc. Notre association, plus sûre d'elle-même, peut déjà se targuer d'avoir mené à bien des projets à chaque fois un peu plus ambitieux... Et de les avoir concrétisés.  Alors, continuons sur ce chemin, n'est-ce pas ? Et, si des projets affleurent ou nous sont proposés, la question que nous nous poserons tient désormais en deux mots  : POURQUOI PAS  ?